Partagez cette page

En Scène...

Recyclage des Films PE : la filière Groupe Barbier

25 février 2016

Groupe Barbier

Le recyclage des films PE n’est pas une nouveauté en soi, il est déjà pratiqué depuis une vingtaine d’années pour les films agricoles de la filière Adivalor, et le Groupe Barbier, fabricant de films PE implanté à Sainte Sigolène, en Haute Loire, a largement contribué à la création de cette filière en France. Ce n’était toutefois pas le cas des films d’emballages ménagers, dont la collecte sélective vient seulement de commencer à se généraliser. Ce n’est qu’en mars 2015, avec la mise en route de sa nouvelle usine de recyclage équipée notamment de deux machines de tri optique TOMRA, que le Groupe Barbier a produit ses premiers films régénérés à partir de 100 % de films recyclés incluant des films issus d’emballages ménagers. Entretien avec Thomas Baralon, Responsable activité recyclage, qui nous présente la mise en œuvre de cette nouvelle activité.

Comment avez-vous été amenés à développer une filière de régénération des films plastiques ?

La régénération des films plastique est presque dans les gênes du groupe Barbier puisque SOREP, notre première usine de recyclage, a été construite il y a plus de 35 ans ! Avec le renchérissement des matières premières suite aux deux chocs pétroliers des années 1970 et l'avènement des premières consciences environnementales, Abel Barbier a compris très tôt la nécessité et l'intérêt de recycler le polyéthylène : limiter les pénuries et la consommation de pétrole, maintenir des coûts de matières premières raisonnables et préserver l'environnement.

En 2015, le Groupe Barbier a renforcé cet engagement environnemental historique par la mise en route de CHAVANON V : usine intégralement dédiée au recyclage des films polyéthylène post-consommation. Les 8000 m² de CHAVANON V se veulent exemplaires sur le plan environnemental : bâtiment éco-conçu, récupération de la chaleur, station de traitement entièrement autonome en eau grâce à la récupération des eaux de pluie, etc...

Avec la contribution de cette nouvelle unité, le Groupe Barbier est désormais en mesure de recycler les films issus de la collecte sélective des ménages, les films agricoles usagés et les films industriels. Le Groupe Barbier fait figure de pionnier en offrant une solution de recyclage à l'ensemble des films plastique qu'il fabrique !

Quels étaient les problèmes à résoudre qui l’avaient empêché jusque-là ?

Les problèmes principaux concernaient la régénération des films polyéthylènes ménagers.

D'une part le système de collecte de ces films ménagers n'était pas mûr et d'autre part, la séparation des différents types de films (PE, PP, PVC, PET, etc...) était très compliquée à mettre en œuvre manuellement.

L'enjeu pour le Groupe Barbier est de ne conserver que les films PEBD car c'est la matière que nous recyclons et que nous réintroduisons intégralement dans nos fabrications. Les autres types de films constituent pour nous des indésirables à écarter !

Comment ces problèmes ont-ils été résolus ?

Concernant la collecte des films ménagers, c'est Eco-emballages qui a lancé le mouvement en France en menant, à grande échelle, à partir de 2012, une expérimentation d'extension des consignes de tri. La démarche se poursuit et certains centres de tri français sont désormais en mesure de nous fournir des balles de films PE issus de la collecte sélective. Ces balles doivent contenir 95 % de films PE.

Ensuite, pour le tri matière de ces balles, nous nous sommes équipés de machines de tri optique. Cela nous a permis d'optimiser la qualité de notre tri et donc de garantir la qualité de la matière première recyclée que nous produisons.

Comment êtes-vous approvisionnés ?

Nous avons de multiples sources d'approvisionnement... En priorité nos clients du secteur industriel ou grande distribution puisque nous favorisons au maximum les démarches d'économie circulaire.

Ensuite les centres de tri de collecte sélective pour les films ménagers. Dans nos efforts pour recycler ces films ménagers, VALORPLAST nous apporte une aide précieuse, notamment sur le sujet de la caractérisation des déchets.

Enfin, l'éco-organisme ADIVALOR pour les films agricoles usagés.

Quel degré de pureté vous est nécessaire pour pouvoir régénérer des films usagés ? Comment obtenir la pureté nécessaire ?

Il nous est très difficile de travailler industriellement sur des balles de déchets ayant un degré de pureté (teneur en PE) inférieur à 95 %. C'est grâce à la performance et à la fiabilité de nos machines de tri optique  que nous parvenons à écarter les 5 % de matière indésirable.

Quelle est votre production annuelle de film régénéré ?

Avec nos 2 sites de recyclage, nous avons une capacité de régénération d'environ 20 000T/an.